APPEL A COMMUNICATION

DEPARTEMENT d’ANGLAIS

APPEL A COMMUNICATION

CONFERENCE INTERNATIONALE

Les Changements linguistiques au Maroc : bilan et évaluation

27 – 29 octobre  2011

Université Ibn Zohr

Faculté de Lettres et Sciences Humaines

Agadir, Maroc

EMAIL : clmbe@univ-ibnzohr.ac.maCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Argumentaire

Depuis un peu plus d’une décennie la situation sociolinguistique des langues au Maroc a connu de profondes modifications. Des langues ou variétés de langues considérées auparavant comme relevant plutôt du domaine de la communication orale informelle sont de plus en plus utilisées dans des registres oraux formels ou même des registres écrits. Dans le cas de l’amazighe, ce développement est à la fois induit par l’activité militante associative mais également par une activité institutionnelle visant à sa promotion et standardisation (IRCAM) suite à sa reconnaissance comme langue nationale et son enseignement dans les zones amazighophones. Dans le cas de l’arabe marocain  ou darija, ce développement se fait de façon plus « informelle » et accompagne en particulier le développement des nouveaux médias (radios, TV, internet etc.) et l’évolution de la scène artistique marocaine. Mais il ne débouche pas sur une reconnaissance institutionnelle ni sur un processus de standardisation à l’échelle nationale car cela induirait implicitement ou explicitement l’autonomisation de l’arabe marocain vis-à-vis de l’arabe standard ou de l’arabe coranique. Parallèlement le contexte internationale visant à promouvoir l’enseignement des langues maternelles et la promulgation de la Charte de 1999 amène de plus en plus d’acteurs du secteur éducatif et social à poser la question de la place de l’enseignement des langues maternelles dans le système éducatif marocain (et celui des langues internationales comme le français ou l’anglais).

Si le développement et la standardisation de la langue amazighe ont fait l’objet de nombreux travaux (dans le cadre de l’IRCAM et en dehors de l’IRCAM) et si les choix de standardisation sont abondamment commentés (par les participants et les adversaires de ce choix), le développement de l’arabe marocain n’a pas encore fait l’objet d’une rencontre collective pour en évaluer l’impact en terme d’évolution linguistique interne et en terme de contact de langues.

Dans une perspective résolument sociolinguistique (et non de linguistique formelle), cette conférence se propose de faire un premier état des lieux de cette question. Quel est le rôle, la place, les pratiques de l’arabe marocain comme langue de communication, de culture et éventuellement d’éducation. Quel impact ce développement fonctionnel a-t-il sur les pratiques linguistiques et sur les représentations des locuteurs ? Est-ce que ce développement induit une plus grande pratique du mélange linguistique ou au contraire une tendance à la démarcation?  Le développement de l’amazigh et de l’arabe marocain ont-ils modifié en profondeur le statut et la représentation du français et du MSA ? Une question qui reste singulièrement peu étudiée est celle de l’impact et des interactions entre développement de l’amazigh et développement de l’arabe marocain. Quelles similarités ? Quelles différences ? Quels problèmes communs? L’expérience institutionnelle de l’Amazigh peut-elle ou pas servir (comme modèle ou contre modèle) au développement de l’arabe marocain?

Les développements décrits ont lieu dans la perspective d’un pays plurilingue qui connaît également d’autres langues importantes, comme l’arabe littéraire, langue du système éducatif, d’une littérature riche et de la presse arabophone. Le français est également une langue dominante dans le marché linguistique du Maroc. Il est la langue de la presse et littérature francophones mais aussi la langue des échanges économiques, financiers et scientifiques. L’ensemble de ces langues au Maroc font l’objet de maintes recherches (socio)linguistiques et au vue de la rapidité des changements, il apparaît qu’une rencontre des principaux chercheurs concernés est plus que nécessaire et utile pour établir une première évaluation de l’état des choses.

L’esprit de cette conférence est de rassembler des chercheurs qui ne partagent pas forcément le même point de vue et la même évaluation des changements en cours pour essayer d’établir un vrai dialogue entre les différents spécialistes. L’accent sera mis sur les recherches reposant sur des études de terrain et non pas sur des prises de position idéologique. Sachant que de nombreux travaux ont été publiés sur ces questions dans les années 1980-1990, il s’agira de s’intéresser principalement aux changements en cours depuis le début de la décennie 2000  et d’en cerner les atouts et les lacunes. En dehors des chercheurs, la conférence se propose d’inviter quelques acteurs (traducteurs, écrivains, etc.) de ces changements pour témoigner de leurs expériences.

Les propositions de communication (basés sur recherche du terrain) doivent être envoyées sous format .doc ou .rtf à l’adresse suivante: clmbe@univ-ibnzohr.ac.maCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Elles tiendront en deux pages : sur la première page, titre de la proposition, nom, coordonnées et affiliation professionnelle ; sur la deuxième page, titre de la proposition ainsi que le résumé anonyme de 400 mots maximum accompagné de 4 à 5 mots clés et des références citées. Les propositions de communication mentionneront explicitement le ou les domaines dans lesquels ils pourront s’inscrire :

- diachronie,

- sociolinguistique,

- linguistique descriptive,

- enseignement/apprentissage.

Les propositions qui ne s’insèrent pas facilement dans un ou plusieurs de ces domaines larges, mais qui répondent clairement aux objectifs du colloque, seront également prises en compte. Dans de tels cas, l’auteur signalera son ou ses domaines d’étude en bas du résumé. Les langues du colloque sont l’arabe standard, le français et l’anglais. Les propositions devront être rédigées dans la langue de communication. La durée prévue des présentations est de 30 minutes (20 minutes suivies de 10 minutes pour les questions).

 

Coordinateur du Colloque :

Youssef Tamer (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc) (www.tamer.ma)

Email: y.tamer@univ-ibnzohr.ac.maCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Comité d’organisation :

- Youssef Tamer (Université Ibn Zohr,  Maroc)

- Hanan Bennoudi (Université Ibn Zohr, Maroc)

- Abderrahmane Amsider (Université Ibn Zohr, Maroc)

- Cathérine Miller (Centre Jacques Berque, Rabat)

- Montserrat Benitez-Fernandez (CSIC, Zaragoza, Espagne)

- Jan Jaap de Ruiter (Université de Tilburg, Pays-Bas)

(www.janjaapderuiter.eu)

- Mohamed Elghazi, (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Abdellah Gaicha (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Redouane Madaoui (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

 

Comité scientifique :

- Zakia Iraqui Sinaceur (Université Mohamed V, Rabat, Maroc)

- Jorge Aguadé, (Université de Cadiz, Cadiz, Espagne)

- Elidrissi Abdeljalil (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Mohamed Elghazi, (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Jan Blommaert (Université de Tilburg, Tilburg, Pays-Bas)

- Youssef Tamer (Université Ibn Zohr,  Agadir, Maroc)

- Hanan Bennoudi (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Abderrahmane Amsider (Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc)

- Catherine Miller (Centre Jacques Berque, Rabat – INALCO, Paris, France)

- Montserrat Benitez-Fernandez (CSIC, Zaragoza, Espagne)

 

Partenaires nationaux & étrangers :

- Laboratoire de Recherche sur les Langues et Communication (LARLANCO), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir

- Laboratoire Documentaire et Linguistique (LDL), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir

- Unidad de Estudios Árabes. Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo. Consejo Superior de Investigaciones Científicas. Zaragoza, Espagne

- Centre Jacques Berque,  USR 3116 du CNRS, 35 Avenue Tarik Ibn Ziyad, Rabat www.cjb.ma

- NIMAR, Institut Néerlandais au Maroc, Rabat;    www.ru.nl/nimar

- Centre Babylon, Diversity in Society, Centre for Studies of the Multicultural Society, Tilburg, Pays-Bas.

http://www.tilburguniversity.edu/research/institutes-and-research-groups/babylon/about/

Calendrier :

1- 15/05/2011 Date limite d’envoi des résumés

2- 01/06/2011 Date de confirmation d’acceptation

2- 01/07/2011 Date limite de réception des propositions de communications intégrales

3- 20/07/2011 Date de confirmation d’acceptation et d’envoi des avis de révisions

4- O1/09/2011 Date limite d’envoi de la version modifié des communications

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.